ORIGINE DU MOT “PIRINEOS” (PYRÉNÉES)

Il existe différentes théories étymologiques à ce sujet. Néanmoins, dans cet article, nous voulons vous présenter un petit résumé des deux thèses les plus remarquable qui ont traîté ce thème.

La tradition classique grecque attribue le nom à la nymphe Pyrene et à l'incendie (en grecque, pyros signifie « feu ») des montagnes. D'après la légende, Pyerene, fille de Túbal (neveu de Noé), fût courtisée par le géant Gerión, qu'elle repoussa. Furieux, Gerión tua Túbal et poursuivit Pyrene qui se réfugia dans les montagnes. Après ne pas l'avoir trouvé, le géant prit feu. Hercule brisa l'énorme incendie et accouru pour secourir Pyrene qui était agonisante; qui mourru dans ses bras. Hercule lui a construit un mausolée qui seront par la suite les montagnes des Pyrénées que l'ont connaît. La légende peut aussi se rattacher à la richesse argentifère des Pyrénées et l'expression grecque pour le feu, puisque dans l'Antiquité on croyait que l'argent se formait en se fondant avec les métaux.
D'un autre côté, il y a d'autres théories qui assurent qu'il peut s'agir d'un toponyme ancestral, traduisible faisant usage des racines ibéro-euskariennes (une partie des Pays-Basques).

Pirineos - Pirene os - Irene os - Ilene os.
Cela vient à signifier les Montagnes de la Lune. Ilene vient à être Lune. Sur ce point, et en suggestion, nous ne devons pas seulement nous fier à la connection existante entre la terminaison ibéro-basque ilene et le nom de elena ou irene.
Le suffixe os se retrouve dans de multiples terminaisons ibériques référant aux formations montagneuses. Par exemple, Gredos, Cameros, Picos, etc. C'est un suffixe qui fait allusion à une condition de froideur. Nous le trouvons également dans de nombreux noms de fleuves de la péninsule, Tajo (connu dans les anciens registres sous le nom de Taxos), Duero (appelé Douros durant l'Antiquité), Ebro (appelé Iberos durant l'époque classique), Turia (appelé Turios dans une époque plus ancienne), etc.