EXPRESSIONS DU MONDE DU TRAVAIL

Dans cet article, nous allons vous enseigner quelques expressions espagnoles aui sont courantes dans le milieu du travail. Le jargon utilisé par les travailleurs et professionnels dans divers lieus et situations. Ces expressions ne se trouvent pas dans un dictionnaire...

Ser un trepa (Équivalent français : Être un lèche botte)
Un employé qui obtient une promotion dans la même entreprise en faisant des actes indignes ou lâches entre collègues avec pour objectif d'obtenir un meilleur poste. Elle a une signification dénigrante et péjorative et tous les “trepas” sont répugnants à la vue du reste de l'équipe, y compris les chefs.
Isabel es una auténtica trepa. Acuérdate que empezó haciendo las fotocopias y mira a qué ha llegado. ¡Con un despacho propio!

Quedarle a uno dos telediarios (Éqivalent français : Pas d'équivalent)
Le “telediario” est une marque commerciale des informations de la Radio Televisión Española. Cette expression signifie qu'il ne reste pas beaucoup de temps à une personne pour réaliser une action ou que s'approche la fin d'une situation déterminée. Elle est souvent utilisée pour exprimer la fin d'un contrat, d'un travail, des congés etc.
Es una pena, pero por muy bueno que sea en el trabajo, a Pedro le quedan dos telediarios en esta empresa. El próximo mes van a hacer recorte de personal.

Ser un pica pleitos (Équivalent français : Pas d'équivalent)
Cette expression fait référence aux avocats, juges et au fisc ; malheureusement pour ce groupe de personne, ils sont très peu apprécié par le peuple. Comme dans le cas des médecins, les gens pensent que les avocats font exprès de faire durer les procès afin de tirer un maximum d'argent de leur client. D'autres expressions peuvent s'utiliser pour exprimer ce sentiment : leguleyos (avocaillons), papelorios, chupatintas, tiralevitas, el de oficio... qui sont tout aussi péjorative.
Por culpa del pica pleitos, he perdido mi casa a causa del divorcio con mi mujer.

Vivir como un cura (Équivalent français : Pas vraiment d'équivalent/Vivre comme un curé)
Pour quelques raisons, l'idée générale est que les prêtres vivent très bien, de manière opulente. Il est important de constater que l'Espagne est un pays catholique très fervant et que cette formule anti-ecclésiastique est utilisée par toutes les couches de la population. Pour les castillans, la religion est une chose bien distincte de l'institution religieuse. Dans le monde du travail, cette expression suggère qu'un individu ne travaille pas ou que son travail est très léger, facile, non pénible,...
¿Has visto a Juan? Parece que viva como un cura. Casi siempre lo ves en la terraza tomándose unos vinos y nunca lo ves trabajando.

¡Qué poca sangre! (Équivalent français : Ne pas mettre de volonté)
Expression familière exprimant le fait de se lamenter du peu de vivacité d'une autre personne dans la réalisation d'une tâche commune. Cette locution récrimine également le peu d'habilité ou d'adresse dans un travail. La « sangre » représente ici l'impulsion, la vitalité, l'énergie, la perspicacité.
No te creas que pienso contratar a Francisca. Es una chica con más poca sangre, que los clientes acabarían por marcharse de la tienda sin comprar nada.