ORIGINE DE LA LETTRE « Ñ »

Cette lettre est née de la nécessité de représenter un nouveau son qui n'existait pas en latin. Au début du 12eme siècle, les écrivains espagnols ont commencé à utiliser la tilde ou accent graphique (cette barre ondulée située au-dessus de la lettre) pour simplifier les doubles lettres.

Des groupes consonantiques latins comme gn, nn ou ni ont évolué dans les langues romaines vers un son nasal palatal. Dans chacune de ces langues a été fixé une écriture distincte pour représenter ce son: gn en italien et en français, ny en catalan, nh en portugais. Le castillan médieval a choisi le nn, qui avait l'habitude d'être abrévée en un seul n avec une rayure plus ou moins ondulée au-dessus; ainsi a été crée la ñ, adoptée aussi par le Galicien. De ce mode, par exemple, on change la nn en ñ et la aa en ã. Cette nouvelle graphie s'utilise non seulement pour le n, mais aussi pour d'autres lettres.

L'acceptation pour l'utilisation de la tilde au lieu de doubler une même lettre, a augmenté considérablement avec le temps, et déjà au XIVème siècle, la ñ est l'unique lettre qui s'utilise dans tout les cas de duplicacion de lettres. Ses origines peuvent être vues dans différents mots, comme par exemple, le cas de año, qui vient de annus en latin avec un n doublé.